DAC analyse l’impact de COVID-19 sur le marché canadien des pièces de rechange

aftermarket data analysis
Les données de Google sur la mobilité montrent qu'au 30 avril, la mobilité vers les lieux de travail avait diminué de 57 % au Canada. PHOTO DAC et Google COVID-19 Rapport sur la mobilité communautaire

DesRosiers Automotive Consultants (DAC), étudie l’impact de COVID-19 sur des domaines du secteur automobile au Canada autres que la vente de véhicules neufs : il s’agit notamment du financement des véhicules, des véhicules d’occasion et du marché des pièces de rechange.

Le marché secondaire est un secteur vaste et essentiel de l’industrie automobile qui emploie plus de 190 000 Canadiens qui participent à l’entretien et à la réparation des 28 millions de véhicules légers circulant sur les routes du Canada.

C’est également un domaine dans lequel l’entreprise a travaillé de manière intensive et constante pendant plus de 30 ans, en créant des données de suivi à long terme au Canada sur la taille et la structure du marché des pièces de rechange.

En analysant l’impact de COVID-19 sur le marché des pièces de rechange, la première chose à laquelle pense tout analyste est d’examiner les modèles statistiques du comportement du marché des pièces de rechange lors des ralentissements précédents.

Le marché des pièces de rechange évolue souvent selon un cycle différent de celui des ventes de véhicules neufs. Cela a été clairement constaté lors de la dernière récession qui a vu une baisse des ventes de véhicules neufs en 2008/2009 alors que le marché des pièces de rechange est resté résistant.

Conducteurs complexes

Le marché des pièces de rechange comporte des facteurs de demande nombreux et complexes, notamment des variables telles que :

  • La taille du parc automobile
  • Modèles de remplacement des consommateurs
  • Rapport pièces/main-d’œuvre
  • Remise à neuf du marché des voitures d’occasion
  • Structure de l’âge de la flotte
  • Taux de remplacement des composants
  • Dynamique de la réparation des flottes commerciales
  • Dynamique DIFM/DIY
  • Composition de la flotte de voitures et de camions
  • Kilomètres parcourus
  • Technologie des véhicules

C’est cette variété et cette complexité des moteurs du marché qui rendent l’analyse du marché de l’après-vente si complexe et qui expliquent pourquoi la plupart des prévisions du marché de l’après-vente émanant de consultants généralistes extérieurs à l’industrie automobile manquent d’utilité dans le monde réel – se concentrant davantage sur une large discussion des tendances à long terme plutôt que sur des données utilisables et des prévisions de marché réelles.

Ce qui est peut-être le plus frappant dans le contexte de la récession actuelle, par rapport aux précédentes, du point de vue du marché des pièces de rechange, c’est la baisse soudaine et sans précédent du nombre de kilomètres parcourus.

Le nombre de kilomètres parcourus est l’un des principaux moteurs de la demande du marché de l’après-vente, avec la structure d’âge du parc automobile. Les données sur les kilomètres parcourus sont rares et imparfaites à ce stade. Le DAC a examiné un certain nombre de sources de données différentes.

En examinant les données disponibles

Les données de Google sur la mobilité montrent qu’au 30 avril, la mobilité vers les lieux de travail avait diminué de 57 % au Canada.

Les données sur le lieu de travail sont particulièrement importantes au Canada en raison de la prédominance de l’automobile comme mode de transport préféré au Canada (plus de 78 % des travailleurs canadiens).

Parmi les autres sources de données examinées par le DAC figure l’autoroute 407 ETR en Ontario, qui (bien qu’elle ne soit pas représentative au niveau national) a enregistré une baisse de 39,4 % en mars.

Les données sur la consommation de gaz au Canada sont toujours à la traîne, mais les données préliminaires de mars montrent une baisse de 17 % pour le mois – un chiffre qui se détériorera sans aucun doute en avril, lorsque les implications des différents états d’urgence provinciaux se feront pleinement sentir.

Les données américaines, bien que plus récentes, ne sont probablement pas applicables à la situation canadienne étant donné les différentes approches politiques dans les deux pays. Il existe une grande divergence dans les ventes de véhicules neufs en avril (-75% au Canada et environ -53% aux États-Unis).

Dans l’ensemble, le DAC prévoit une baisse de 46 à 52 % du nombre de kilomètres parcourus au Canada en avril – avec une lente reprise au cours des mois suivants.

Évolution des temps

Il est clair que nous n’en sommes qu’au début de l’analyse de la COVID-19 et de ses implications pour le marché canadien des pièces de rechange. Il reste encore beaucoup de chemin à parcourir en ce qui concerne la rapidité et le succès de la réouverture des différentes économies provinciales.

Un point positif est que les véhicules privés semblent être le moyen de transport de choix dans les pays qui ont assoupli les restrictions. En plus de ces questions à court terme, l’impact des changements structurels potentiels à plus long terme reste à voir.

On a beaucoup parlé de la COVID-19 comme d’une passerelle potentielle vers un changement plus large vers le travail à domicile et le recalibrage des besoins de transport de la société.

De même, les discussions abondent concernant son impact sur l’avenir des systèmes de transport public – bien qu’étant donné le faible rôle joué par le transport public au Canada, les implications de tout changement dans cette variable seront atténuées ici par rapport à d’autres juridictions.

Au sein même du marché des pièces de rechange, le mois dernier a vu des niveaux d’activité sans précédent pour la vente au détail en ligne qui pourraient servir à remodeler les canaux de distribution dans les années à venir.

Prévisions à venir

Cet été, le DAC publiera un rapport détaillé sur les perspectives du marché des pièces de rechange et ses implications pour les distributeurs en entrepôt, les fabricants de pièces détachées et les grands détaillants.

Le rapport se concentrera sur des données spécifiques du marché et fournira des prévisions complètes sur 5 ans au niveau national et régional.

Les prévisions seront mises à jour d’ici là, mais le modèle de référence actuel de la demande du marché des pièces de rechange indique que la demande du marché des pièces de rechange chutera de 11 à 13 % cette année.

Les scénarios statistiques du modèle varient toutefois considérablement, allant d’une baisse de 6 à 9 % dans le scénario optimiste à une chute précipitée de 20 à 25 % dans un scénario négatif dans lequel une deuxième vague sévère du virus bloque les réouvertures économiques provinciales.

Le modèle de l’entreprise montre des variations significatives par ligne de produits. Elle dispose également d’un dimensionnement détaillé du marché et de prévisions disponibles par une large gamme de produits, notamment

  • Freins
  • Batterie
  • Filtration (Filtres à air du moteur, à huile et à air de cabine)
  • Changements de pétrole
  • Éclairage
  • Echappement
  • Liquide de refroidissement
  • Balais d’essuie-glace
  • Pneus

 

Articles populaires

Nos partenaires

Menu
X